Testosterone et perte de poids moleculeTestostérone et perte de poids, quel rapport? Avez-vous déjà rencontré cette question quelque part? Si c’est le cas, je suis presque sûr que vous êtes ici pour retrouver une réponse! Je préfère vous parler plutôt d’éléments de réponse! Que vous soyez une femme ou un homme, vous êtes certainement autant concernés par cette question.

Tout comme la plupart des hommes, j’ai longtemps été intéressé par la question de la testostérone uniquement dans sa relation avec la musculation et le désir sexuel. Eh bien, il semble qu’il existe bel et bien une relation entre testostérone et perte de poids! Comment alors expliquer cette relation et quels seraient ses impacts sur un régime minceur? Ok, on fait le point!

Testostérone et perte de poids, une bien vieille histoire!

Parler de testostérone et perte de poids reviendrait à remettre en question bon nombre d’idées reçues sur ces deux éléments différents en apparence. Mais avant de nous lancer dans l’exploration de ce sujet, il serait plus judicieux de nous mettre d’accord sur quelques concepts.

La testostérone n’est pas que masculine!

Testosterone et perte de poids homme et femmeEh bien oui…pour toutes celles et ceux qui associaient exclusivement testostérone et virilité, détrompez-vous! Cette hormone appelée testostérone est une hormone androgène dite “masculinisante” car elle est responsable en partie de l’apparition des premiers caractéristiques sexuelles masculines. Ainsi, barbe, poils pubiens, apparition de muscles et production de sperme sont tous dus à la testostérone chez le pubère.

Notre hormone “virilisante” est produite au niveau des glandes surrénales tant bien chez l’homme que chez la femme, mais en quantités différentes. Par ailleurs, alors que la testostérone est produite aussi dans les testicules chez Messieurs, elle est également conçue au niveau des ovaires chez Mesdames. Chez ces dernières, elle est responsable de la pilosité ainsi que du gras dans la peau (qui pourrait causer de l’acnée).

Mais, ce qui est sûr pour les deux sexes, c’est que la testostérone est essentielle pour la libido ou désir sexuel.

Testostérone et perte de poids, un véritable cercle vicieux…

Testosterone et perte de poids cercle vicieuxTenez-vous bien…la prise de poids (surtout en cas d’obésité) affecte la production de testostérone en la baissant, ce qui résulte en un stockage plus important des graisses. D’un autre côté, si la testostérone diminue pour une raison ou une autre, notre résistance à l’insuline est affectée. Ceci fait que notre métabolisme des sucres est aussi affecté et le résultat en est une transformation de ces glucides en graisses. Un cercle bien vicieux, vous l’aurez constaté!

La relation entre testostérone et perte de poids prend alors toute sa signification lorsqu’il s’agit de perdre du poids quand on est un homme âgé de plus de 40 ans. Généralement, au delà de cette tranche de vie, les taux de testostérone sont souvent remis en question.
En langage de chiffres, le taux de testostérone sanguin passe de 10-30 nmol/Litre de sang pour les hommes âgés de 20-45 ans, à un taux de 7-28 nmol/Litre de sang chez ces mêmes hommes désormais âgés de 40-60 ans.

En somme, perdre du poids suscite (et nécessite) un bon taux de testostérone dans le corps, surtout pour les hommes. Cependant, il faudra d’abord sortir du cercle vicieux… peu évident!

Comment concevoir le lien entre testostérone et perte de poids alors?

Tout en ayant à l’esprit cette relation de cause à effet “circulaire” qui s’installe progressivement entre testostérone et perte de poids, nous allons tenter de bien comprendre cette réalité afin d’en minimiser les dégâts. En effet, les personnes cherchant à perdre du poids (en graisse mais inévitablement généralement en muscles aussi) sont confrontées à de sérieux scénarii où leur taux de testostérone se voit chuter. Explications.

Réduire la graisse réduit la testostérone

Regime privatifAlors qu’on croit bien faire de s’adonner à des régimes traditionnels de type privatifs, réduisant au maximum l’apport en matière grasse, on finit par se faire du mal. En effet, beaucoup d’études scientifiques ont démontré que la réduction des niveaux de lipides et la consommation d’aliments riches en fibres s’avère être le moyen le plus rapide (et efficace!) de réduire les niveaux de testostérone. Ceci est d’autant plus vrai quand il y a consommation excessive de graisses polyinsaturées.

La solution? Ne pas vous priver totalement de graisses et continuer à en consommer celles réputées “bonnes”. Il s’agirait notamment des graisses saturées et monoinsaturées. Nous n’aurons pas l’occasion de nous étaler davantage sur le sujet, mais vous aurez tout le loisir de chercher par vous-mêmes.

Quelques “tuyaux” alimentaires :
Pour de bonnes graisses, vous aurez toujours l’embarras du choix : avocat, huile d’olive, huile d’Argan, huile de noix de coco, noix crues non salées, jaunes d’oeuf bio, viande maigre issue de bétail nourri à l’herbe, …

La perte de poids réduit la testostérone

Pese personneDe loin, l’illustration la plus claire du lien entre testostérone et perte de poids. Il faudra savoir que toute forme de déficit énergétique, occasionné par la combustion de plus de calories consommées, réduit significativement les niveaux de testostérone. En général, il est quasiment impossible de perdre de la graisse sans perdre du muscle. Toute action de perte de poids risque donc d’affecter inévitablement le taux de testostérone.

Cependant, les “dégâts” peuvent être réduits en essayant au maximum de préserver de la masse musculaire maigre. Ceci est possible en garantissant un apport logique de protéines et en s’aidant par un entraînement de résistance. Les sportifs ont compris cela très tôt et la preuve vivante en est toute l’offre actuelle de compléments alimentaires naturels qui marchent.

Le stress réduit la testostérone

StressSe mettre à la diète, surtout de type privatif, est vécu comme un exercice contraignant et générant de beaucoup de stress. Le cortisol, vous connaissez? C’est une hormone générée justement par le stress. Elle est généralement utile lors des réactions et des réflexes corporels en cas d’exposition à un danger. Cependant, trop de cortisol n’est pas bon pour la santé, surtout pour la testostérone!

La solution? Tout ce qui contribuerait à réduire votre stress est le bienvenu! Mais commencez tout de même par la chose la plus importante : un minimum requis de sommeil de pas moins de 7 heures par nuit. Je répète : dormir pendant la nuit! Ensuite, ne vous privez pas totalement de nourriture et sachez rééquilibrer votre alimentation en agençant les bons aliments et en trouvant les bonnes alternatives pour les aliments à risque. Enfin, allez-y mollo avec le sport et faites juste ce qui est nécessaire pour garder la forme!

Testostérone et perte de poids : conclusions

Testosterone et perte de poids bonnes graissesOn aura constaté le lien problématique entre les deux, et nous aurons aussi compris la délicatesse du traitement à installer sans affecter l’un ou l’autre élément. Je ne pourrai pas me prétendre à une résolution définitive du problème, mais nous pourrions toujours nous mettre d’accord, entre autres, sur ces deux points :

  • Pas besoin de “se tuer” avec des régimes drastiques. Faites plus confiance à votre feeling et essayez de revisiter par exemple l’Histoire de nos ancêtres : il semble que le régime paléolithique (ou Paleo) est une bonne piste ;
  • Aidez-vous par les bons suppléments susceptible d’améliorer vos taux de testostérone et de vous aider à gérer votre stress : documentez-vous bien!

En somme, perdez votre graisse et gardez vos muscles, le tout dans la bonne humeur!