Leptine signal cerveauLa leptine, vous connaissez? Pour celles et ceux d’entre vous qui s’y connaissent un peu en biologie, vous auriez certainement fait le rapprochement avec d’autres termes qui se terminent en -ine! En effet, à l’instar de l’adrénaline, l’insuline, la mélatonine, l’adiponectine, … la leptine est une hormone sécrétée par notre corps. A quoi sert-elle?

Le présent article va vous en parler et vous saurez bien des choses à propos de cette hormone. Mais, la chose la plus importante à savoir est qu’elle a un rôle déterminant dans la prise et la perte de poids! A la découverte de la leptine…

La leptine, fiche d’identité…

La leptine est considérée à la fois comme hormone digestive, adipocytaire et anorexigène. Déjà en 1973, sa présence a été suspectée chez des souris, en relation avec leur poids. Ce n’est qu’un 1994 que le gène responsable de sa fabrication sera isolé, permettant ainsi sa synthèse un an plus tard.

La leptine est sécrétée par le tissu adipeux blanc qui, en plus de sa fonction de stockage et de mobilisation des acides gras, possède également une activité endocrine très importante. Cette hormone est également sécrétée par d’autres tissus tels que l’estomac, le muscle squelettique, ainsi que la moelle osseuse.

Comment la leptine contrôle-t-elle la faim ?

Leptine gros appetitElle doit justement son nom “hormone de la satiété” à son action sur l’appétit et sur la sensation de faim. Afin de bien comprendre comment elle agit dans le corps, il nous faudra comprendre ce qui se passe dans notre corps quand nous mangeons.

Après avoir mangé quelque chose, nos cellules graisseuses sécrètent de la leptine et la relâchent dans le sang. C’est en se déplaçant grâce à la circulation sanguine qu’elle arrivera au cerveau, où elle délivrera son message principal : le corps est plein! Vous comprendrez donc que le résultat logique est que nous arrêtons de manger.

Cependant, et pour diverses raisons, il arrive des fois que ce message ne parvienne pas à destination, et on continue à manger plus qu’on en a besoin. Résultat ? Prise de poids inévitable! Dans ce cas précis, on parle de “résistance à la leptine”.

Et le poids, quelle relation avec la leptine ?

Vous vous rappelez que la leptine est produite au niveau des cellules graisseuses (ou adipocytes)? Eh bien, figurez-vous que cela lui confère, en plus du rôle de contrôle de la satiété, un autre rôle : elle augment la dépense énergétique.

De manière plus simplifiée, voici ce qui se passe. La leptine est produite en quantités importante de manière continue. Quand il y a trop d’adipocytes et donc trop de graisses, davantage de leptine est sécrétée ce qui conduit normalement à une baisse de la sensation de faim et une augmentation du métabolisme, faisant ainsi diminuer le taux de masse grasse.

Nous pourrions donc en conclure que la leptine favorise une perte de poids? Non, pas tout à fait! Car il s’avère que le rôle de la leptine est de garder un certain équilibre métabolique, et ce en existant dans notre corps à un taux régulé naturellement.

La résistance à la leptine… ou quand ça ne va pas!

Leptine hamster cercle vicieuxSi maintenant, pour une raison ou pour une autre, les quantités de leptine sont plus importantes que la normale, il y a problème. Cela se fait remarquer surtout chez les personnes obèses.

En effet, paradoxalement, les personnes obèses ayant plus de graisse, donc plus de leptine, devraient donc ressentir une satiété significative. Ce n’est pas le cas car plus de leptine affecte le degré de sensibilité de leptine dans le corps. Cela conduit donc à une certaine résistance à la leptine (scénario similaire à celui de l’insuline). Chez ces personnes en excès de poids, un cercle vicieux s’installe :

  • On mange davantage parce que l’appétit ne diminue pas ;
  • La quantité de graisses stockées augmente ;
  • Plus de cellules adipeuses (graisseuses) signifie plus de leptine ;
  • Trop de leptine rend sa signalisation plus importante et cela résulte en une résistance à la leptine ;
  • Les signaux sont corrompus et le cerveau pense que le corps est toujours affamé : on mange davantage ;
  • On devient plus gros et on a de plus en plus faim et ainsi de suite…

Existe-t-il une solution au problème de la résistance à la leptine ?

Malheureusement, il n’existe pas (encore) de traitement médicamenteux définitif pour la résistance à la leptine. Cependant, il y a un bon nombre de dispositions à prendre en considération pour gérer les taux de leptine dans nos cellules adipeuses.

  • Veiller à avoir un poids normal qui se traduit par un indice de masse corporelle (IMC) figurant dans la bonne zone sur la balance ;
  • Dormir suffisamment et de façon saine. Cela veut dire qu’il faut dormir la nuit et pas moins de 7 heures, dans une atmosphère sans éléments perturbateurs ;
  • S’assurer de consommer les bons aliments : des protéines et des graisses saines, surtout au petit déjeuner.
  • Faire du sport, mais juste ce qu’il faut! Le surentraînement bloque la leptine et en affecte l’action. Privilégier plutôt de l’activité physique d’endurance mais sur une courte durée.
  • Se faire aider par les bons compléments alimentaires à même de réguler la production de la leptine.

Dans ce sens, vous trouverez sur notre site quelques articles à propos de produits destinés, entre autres, à réguler le taux de leptine dans le corps grâce à certains ingrédients inclus dans leurs formules respectives.

Leptiplus, pour plus de sensibilité à la leptine

Zen Bodi, 3 étapes pour perdre la graisse

Fat2Fit, les gouttes qui boostent le métabolisme

Il faut toutefois noter que les avis des utilisateurs de ces compléments restent un peu mitigés. Nous vous conseillerons donc de bien vous documenter afin de vous faire votre propre idée.